fbpx

Organiser Dry January (Janvier sec) dans son entreprise

Organiser Dry January (Janvier sec) dans son entreprise

La consommation d’alcool en France, sujette à débat

Alors que la consommation d’alcool dans le monde diminue, notamment auprès des 16-24 ans, celle des Français reste haute (5 millions de personnes avouent boire tous les jours). Héritage de notre culture de la vigne et de notre épicurisme sans doute.

Souvent banalisée, la consommation d’alcool survient plus souvent qu’on ne le pense et à de multiples occasions : recherche de convivialité, de désinhibition, de relaxation … car oui l’alcool a un effet « positif » sur le corps. En agissant au niveau de la zone de la récompense – tel une drogue – il provoque une production de dopamine dans notre cerveau, l’hormone du bien-être mais aussi une production de GABA provoquant un effet relaxant.

N’en demeure pas moins que l’alcool est toxique pour notre santé et cause chaque année 49.000 décès en France. L’alcool est la 2e cause de mortalité évitable après le tabac. Aussi de nouvelles règles édictent la bonne conduite pour éviter les risques : maximum 2 verres par jour et pas tous les jours.
Mais sommes-nous capables de nous y tenir ?

Dry January (Janvier sec) : faire le point sur sa consommation

Ce sont les Britanniques qui ont initié ce challenge en 2013. Le principe : ne pas boire une goutte d’alcool pendant 1 mois pour faire le point sur sa consommation.

Ce défi très populaire outre-manche (4 millions de participants en 2018 !) s’ouvre progressivement à la France et les médias français ont commencé à relayer l’opération. Deux associations (Méthode H3D/France Janvier Sobre et SOS Hépatites Fédération & Maladie du foie) ont pris l’initiative d’organiser un Challenge Janvier Sobre 2020 avec la création d’un site internet dédié en ligne depuis le 2 septembre (www.janviersobre.info).

Parmi les bénéfices que l’on peut attendre d’un mois sans alcool, citons un meilleur contrôle de la consommation post challenge (moindre quantité et fréquence), des effets positifs sur l’humeur, le sommeil, la concentration ou la qualité de la peau.

Organiser un challenge Dry January (Janvier sec) dans son entreprise

Au-delà des risques sur la santé à long terme, l’alcool peut être un facteur aggravant de risques professionnels (accidents du travail, accidents de la route, mise en danger d’autrui) et de désorganisation de la production (arrêts de travail, retards, déstabilisation d’une équipe ou d’un service…).

L’économiste Pierre Kopp a mesuré que le coût social de l’alcool s’élevait à 120 milliards d’euros chaque année en France, dont une partie est supportée par les entreprises. Certains secteurs comme la construction ou la filière agro-alimentaire sont particulièrement touchés. La loi est devenue de plus en plus stricte sur la responsabilité de l’employeur en cas de maintien d’un salarié ivre sur le lieu de travail et la responsabilité pénale peut même être engagée.

Dans ce contexte, l’entreprise est amenée de plus en plus à jouer un rôle de prévention de l’alcool pour limiter les risques. Mais le sujet est délicat à aborder de front.

A l’instar du mois sans tabac, le Challenge Dry January (ou Janvier sans alcool / Mois sans alcool) lui donne l’opportunité de le faire sans être stigmatisante ou moralisatrice.

Dans cette optique, Les Ateliers Durables en association avec Yes We Share ont construit un programme ludique et non-culpabilisant pour soutenir les participants dans la démarche et faire passer des messages de prévention tout en excluant toute diabolisation de l’alcool.

Conçu avec Alice, notre expert en addictions, le programme s’organise en trois temps et donne la possibilité à ceux qui le souhaitent de relever le challenge (de façon anonyme ou non) :

  • 1. Lancer le challenge : Une campagne de communication interne, couplée à une animation dans l’entreprise (et/ou un webinaire à distance) donne le coup d’envoi du Dry January et propose aux salariés de relever le challenge.
  • 2. Maintenir la motivation : Tout au long du mois, les participants bénéficient d’un e-coaching (par email ou via le réseau social interne) visant à renforcer leur motivation et répondre à leurs interrogations
  • 3. Préparer la suite : À la fin du mois, un chat de clôture donne la parole à chacun, permet aux animatrices de délivrer les derniers conseils et donne l’occasion de rediriger ceux qui le souhaitent vers des structures plus spécialisées.

Vidéo : 1 minute pour comprendre le Mois Sans Alcool !

En savoir +

Vous souhaitez organiser un challenge Dry January dans votre entreprise ?

Contactez-nous pour réfléchir ensemble aux modalités les plus adaptées

Crédits photo : Photo by Justin Aikin on Unsplash