Organiser le mois sans tabac dans son entreprise

Organiser le mois sans tabac dans son entreprise

UN PAS DE PLUS VERS L’ARRÊT DE LA CIGARETTE

Le 1er novembre débute le Mois Sans Tabacune opération de prévention du tabagisme d’envergure, développée par Santé Publique France.

L’idée vient d’Angleterre où depuis plusieurs années le gouvernement invite les habitants à arrêter de fumer tous ensemble. L’opération s’appelle Stoptober et a permis à 1 million de personnes de tenter l’arrêt du tabac dans le pays.

Quand on sait que “chaque tentative est un pas de plus vers l’arrêt définitif de la cigarette”*, on réalise l’intérêt de la campagne. S’ajoute à cela le fait de relever un défi. En effet, l’idée est de s’inscrire sur une plateforme le 1er novembre et de ne pas fumer jusqu’à la fin du mois. Car c’est prouvé : tenir 1 mois sans cigarette multiplie par 5 les chances de succès du sevrage tabagique !

L’opération vivra donc sur la plateforme où les personnes désireuses de relever le défi seront soutenues. Mais aussi dans la rue ou dans les bureaux. Les Départements santé et CHSCT des entreprises, qui peinent à sortir d’un discours culpabilisant sur les addictions auprès des collaborateurs, ont là une belle occasion de motiver et de soutenir les futurs (ex)fumeurs.

Comment faire de la prévention sur le tabac auprès des salariés de son entreprise ?

Alice Denoize, notre experte tabac, nous décrit l’opération et son approche :

“Le Mois Sans Tabac est une formidable opportunité pour les Français de réussir à arrêter de fumer. Ou même simplement d’essayer ! Car beaucoup de fumeurs malheureusement ont peur de se lancer. Et c’est compréhensible. L’arrêt du tabac est souvent décrit comme un parcours du combattant dont on ne donne pas les règles.

C’est l’objectif de l’atelier que j’anime spécifiquement pour LAD en entreprise. Faire prendre conscience aux fumeurs que l’arrêt de la cigarette est une aventure qu’il faut préparer. D’autant plus en entreprise, où la pause cigarette garde son rôle important de socialisation, malgré les réglementations successives.

  • Pour ce faire, il faut d’abord qu’ils aient conscience de ce qui se cache derrière le mot “volonté”. C’est en effet une petite révolution intérieure qu’il faut mener.
  • Il faut ensuite qu’ils comprennent mieux leur relation à la cigarette. Dépendance physique certes, mais aussi les comportements (habitudes et rituels) qu’ils ont développés, avec des ressorts spécifiques qu’il faut identifier. Cela leur permettra d’anticiper les moments difficiles et de ne pas craquer le moment venu.
  • Et enfin, il faut qu’ils choisissent la méthode qui leur correspond le mieux. On fait pour cela le tour de la dizaine de méthodes aujourd’hui accessibles, qui chacune ont leurs propres caractéristiques et avantages.

J’interviens à ces 3 niveaux pour préparer ce fameux Jour J, avec l’espoir qu’un maximum de participants sautera définitivement le pas. »

EN SAVOIR +

* Campagne INPES 2008

Post A Comment

YOUR CAPTCHA HERE